Ce mois-ci, nous dédions le titre d’athlète du mois à une personne spéciale au sein de notre communauté. Depuis trois ans, elle rayonne par sa joie de vivre, son sourire et sa bonne humeur. Elle a eu un parcours sportif exemplaire au sein de Reebok CrossFit Brussels et a pu, à force de persévérance, de travail et de courage, atteindre tous les objectifs qu’elle s’était fixée. A ce titre, elle est une source d’inspiration pour beaucoup d’entre nous. Cette grande sportive n’est autre que Pauline de Valensart qui, après quelques années passées à nos côtés, a décidé de poursuivre ses parcours professionnel et sportif aux Etats-Unis. Nous lui souhaitons “All the Best” pour ses nouvelles aventures…

RCFB: Bonjour Pauline, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs?
Pauline: Salut tout le monde, je m’appelle Pauline, j’ai 25 ans. Après quelques années passées à vos côtés, je me suis envolée vers Miami pour relever de nouveaux challenges professionnels, mais aussi sportifs !

RCFB: Quels sont tes antécédents sportifs?
Pauline_AvantCF1Pauline: Avant le CrossFit, j’avais une grande passion: l’équitation. J’ai commencé à l’âge de 3 ans jusqu’à mes 18 ans, où j’ai malheureusement dû arrêter par faute de temps. J’ai ce défaut (ou qualité c’est selon), de vouloir faire les choses à fond, et du coup, comme pour le CrossFit, c’était tout ou rien. A part l’équitation, j’ai toujours adoré le sport, quand j’ai mis un terme à cette première passion, je me suis mise au fitness, un peu par dépit, en attendant de retrouver un sport qui me ferait autant vibrer que l’équitation. C’est chose maintenant faite avec le CrossFit!

RCFB: Comment as-tu découvert le CrossFit?
Pauline: Je ne trouvais pas mon compte dans le fitness, car ce que j’aime particulièrement dans le sport, c’est la compétition. J’avais fait quelques « bootcamps » et activités similaires, et puis j’ai entendu parler du CrossFit. J’étais persuadée que ce sport n’était présent qu’aux US, jusqu’au jour où l’une de mes amies me dit pour rire « Mon collègue, il est encore plus fou de sport que toi, lui, il fait du CrossFit ! ». Je me souviens juste que je n’y ai pas mis les formes quand je lui ai demandé : « où, quand, quoi, comment – En Belgique ? – file moi son numéro ! ». L’ami en question était Coach Driss – aussi connu comme étant le tortionnaire du Barbell – qui m’y a initié. Il ne m’a pas fallu 2 Wods pour faire partie de la bande de drogués que nous sommes tous.

Pauline_AvantCoachingRCFB: En quoi le CrossFit a changé ta vie?
Pauline: Quand il y a un déménagement, on m’appelle bizarrement beaucoup plus souvent qu’avant! (rires). Blague à part, cela ne l’a pas vraiment changé, dans le sens où j’ai toujours été à fond dans mon sport, quel qu’il soit. Je n’ai jamais eu de période non-sportive, je n’ai pas donc pas connu ce que beaucoup expérimentent après une longue période d’inactivité « je suis tellement mieux dans ma peau, et je me sens en général plus en forme… ». Je dirais, par contre, que le crossfit a marqué ma vie, du moins cette période de ma vie. Le RCFB a été ma « maison » pendant 3 ans, endroit où je suis passée par tous les états émotionnels possibles, j’y ai fait des rencontres exceptionnelles, des personnes qui m’ont changé et avec qui j’ai grandi. Quand on dit que le CrossFit est une famille, le mot est petit !

RCFB: Qu’as-tu changé dans ton alimentation?
Pauline: Woh … Beaucoup de choses ! J’ai eu la chance quand j’étais ado de pouvoir manger toutes les crasses possibles et imaginables et ne pas prendre un gramme… Toutes les bonnes choses ont une fin ! Donc, stop le Nutella à n’en plus finir, les gâteaux, les pâtes et (non, je vais arrêter parce que sérieux, je mangeais vraiment mal).

J’ai dans un premier temps diminué le sucre, puis progressivement les féculents. Avec ce sport, l’alimentation influence tellement les performances qu’on fait attention naturellement. « On est ce qu’on mange », c’est pas tout à fait faux ! Ensuite, j’ai demandé à une coach de la salle (NDLR: Christine) de me suivre au niveau nutritionnel, grâce à elle, je suis arrivée à certains objectifs, et suis d’autant plus motivée à continuer.

RCFB: Pourquoi Reebok CrossFit Brussels?
Pauline: Il y a 3 ans, c’était la seule salle sur Bruxelles, dur à croire quand on voit le nombre de box qu’il y a maintenant. Mais une chose est sûre, si je restais en Belgique, je ne changerais pour rien au monde!

Pauline_IMG_1753RCFB: Quel est ton exercice préféré?
Pauline: Sans hésiter : les handstand push ups et les KB Swings. Okay, ça fait deux. Par contre, c’est compliqué de n’en citer que deux. J’aime particulièrement la gym : pull ups, ring dips, muscle ups (même si je ne le maitrise pas encore au top), handstand walk,…

RCFB: Quel est l’exercice que tu hais le plus?
Pauline: KB Snatch ! Celui qui a inventé ce mouvement avait une dent contre mes épaules. Après, il y a plein de mouvements que je n’aimais pas avant, mais que j’ai appris à apprécier, comme les thrusters et WBS.

Toutefois, je me dois quand même de dire qu’avant de maîtriser les double unders, chaque séance de cet exercice ressemblait plus à un châtiment corporel des plus douloureux qu’à un petit wod sympa, alors si cette question m’avait été posée deux ans plus tôt, j’aurais dit double unders, un milion de fois…


Pauline_IMG_1720RCFB: Que sais-tu faire depuis que tu fais du CrossFit?

Pauline: Gagner un bras de fer, ouvrir les bocaux toute seule, porter les gens à un bras quand ils m’énervent, sprinter plus vite que le bus quand il me passe sous le nez… Plus sérieusement, le CrossFit m’a donné la possibilité d’être prête à faire face à n’importe quelle situation dans la vie de tous les jours.

RCFB: Qu’as-tu trouvé difficile au départ?
Pauline: Le vocabulaire crossfit ! WOD / AMRAP / PR / RX / 3RM / Clean / Snatch (surtout quand on connait la traduction anglaise, please les filles, ne portez jamais un t-shirt “I have a nice snatch …” ), etc. Sérieusement, si on écoute des CrossFitteurs parler entre eux, on pourrait penser qu’ils viennent d’un pays lointain ou qu’ils ont des troubles de locution.

A part cela et et surtout: l’haltérophilie. Autant j’étais familière avec le cardio, l’endurance, et quelque mouvements de powerlifting, autant l’haltéro, c’était une autre histoire. Je me souviendrais toujours de la grosse voix de Mike : « Garde cette barre près du corps ! Passe en dessous ! ». Heu…??? ça ou du Mandarin, c’était pareil pour moi! Alors, oui, sorry chers membres si je vous dit souvent exactement la même chose, vous comprendrez plus tard … 😉

Pauline_WODRCFB: Quels sont les coachs ou les athlètes qui t’ont inspiré au début ?
Pauline: On va encore lui jeter des fleurs, (ça va, il ne prend pas trop la grosse tête)… Arben, clairement. Athlète super complet. Il a tellement le CrossFit dans le sang que cela en devient énervant. Ensuite au niveau des athlètes, j’ai beaucoup appris de Tanguy (Neirrincks) et Gino. Ils ont un mental incroyable, et une grande capacité à apaiser les autres. J’aime les compétitions avec eux, et je pense qu’on a tous à apprendre d’eux.

Adriano et Driss m’inspirent énormément aussi, chacun à leur manière. Adriano est très complet, technique incroyable, et il soulève des charges impressionnantes par rapport à son poids de corps. Et Driss, bah… C’est Hulk quoi. C’est une machine de guerre, “you get shit done and that’s it”, j’adore cet esprit !

Last but not least, il y a deux coachs à la salle qui m’ont entraîné. Tout d’abord Mike, qui m’a appris énormément, toutes mes bases en CrossFit en gros, et il a toujours été là, dans les bons et les mauvais moments. J’ai rarement vu quelqu’un d’aussi dévoué pour ses athlètes ! Et ensuite Alexis, coach/collègue/ami, le grand Alexaï (non, il n’y a pas de faute de frappe), m’impressionera toujours quand il attrape une paire d’anneaux, mais aussi par sa super personnalité !

Pauline_IMG_1724RCFB: Pourquoi le coaching ?
Pauline: Honnêtement, l’idée de torturer un groupe et d’être payée pour, c’était plutôt sympa ;-).

Plus sérieusement, ça c’est fait assez par hasard au début. Comme je l’ai dit, quand je fais un sport, je le fais à fond, passer le Level 1 était donc une évidence pour mieux comprendre et maitriser le CrossFit. Je n’ai pas voulu m’y mettre direct, ce n’est qu’un an plus tard que j’ai fait mes premiers pas en coaching. Et j’ai directement aimé ça. Voir les membres apprendre des mouvements compliqués, les voir progresser et atteindre leurs objectifs, et ensuite s’en fixer d’autres et les aider à les atteindre, c’est top !

J’ai toujours envie que les membres partent de mes wods en ayant appris quelque chose, que ce soit un petit détail, ou tout un mouvement. C’est génial quand quelqu’un te dit à la fin d’un wod: « Cool, merci, maintenant j’y arrive enfin ! ». Et le must, (à bon entendeur) c’est voir quelqu’un se ruer sur sa barre dans les 5 dernières secondes d’un AMRAP juste pour faire, LA rep en plus. Là on se dit qu’on transmet aussi un mental de guerriers, et ça c’est vraiment top !

RCFB: Personnellement, qu’est-ce que le coaching t’a apporté?
Pauline: Le coaching m’a apporté de l’assurance. Quand j’ai commencé à coacher j’avais 23 ans, et j’étais la seule fille coach. A ce moment là, il n’y avait pas encore beaucoup de filles à la salle, du coup, je me retrouvais souvent à devoir coacher toute une bande de mecs, plus âgé que moi pour la plupart, à l’intérieur je n’en menais pas large. J’ai appris à m’imposer « parmis tous ces mâles » (rires). J’ai petit à petit pris confiance en moi.

Le coaching m’a aussi appris à écouter et respecter chacun. La théorie du CrossFit c’est une chose, mais chacun a son niveau, sa morphologie, ses problèmes personnels. Il faut donc s’adapter à un groupe, mais aussi à la personnalité de chacun. Certains ont besoin de plus d’attention et aiment les encouragements, d’autres n’aiment pas être trop encouragés et gèrent leur effort eux-mêmes. A force de coacher, on apprend à le faire selon les différentes personnalités que l’on a en face de soi. Puis il faut quand même ajouter que grâce au coaching, j’ai appris à retenir les prénoms à une vitesse exemplaire, et à avoir la répartie nécéssaire pour répondre à un membre quand il vient me dire qu’il s’appelle en fait Thomas alors que ça fait 6 mois que je l’appelle Greg … Ne Rigolez pas, ça m’est arrivé plus d’une fois (mea culpa si ces quelques-uns se reconnaissent).

Pauline_BTD2013RCFB: Quels sont tes objectifs pour 2015? Opens ?
Pauline: Les Opens, ça va dépendre si je trouve une salle pour la date limite d’inscription. Et aussi de l’avancement de mon installation là-bas. Si je trouve une salle rapidement, oui, je vais m’y inscrire. Je m’entraîne beaucoup pour l’instant et j’ai rarement été aussi en forme. J’ai envie de voir où je me situe dans les Open South East :-). A part les Opens, j’espère pouvoir participer à des compétitions là-bas, ce qui est sûr c’est que je m’entraînerai pour !

RCFB: Tu pars à Miami, quels sont tes objectifs là bas ? Vas-tu rejoindre une Box spécifique ? Ou coacher là-bas ?
Pauline: J’ai déjà un peu regardé les box là-bas, il y en a pas mal à Miami, dont une tout près de mon boulot. Je me laisse un peu de temps pour choisir la box, ça dépendra de où je vis exactement, et du prix, car pour ça, en Belgique, on est assez bien loti !
Niveau coaching, j’espère pouvoir continuer, j’ai toujours su combiner coaching et boulot ici, alors ça doit être possible aussi là-bas…

RCFB: Quel(le) est ton athlète préféré(e) ? (Niveau mondial, mais aussi niveau plus proche ou personnel)?
Pauline: Au niveau mondial, sans hésiter Kristin Holte. Elle a été 3eme aux European Regionals 2014, elle a donc été aux Games. Cela fait un peu plus de deux ans que je suis son évolution, qui a été incroyable ! Elle est très humble, je lui ai parfois demandé quelques conseils via FB, elle répond avec plaisir et est vraiment sympa. Je l’admire beaucoup car tout le monde parle tout le temps des gens avec des PRs incroyables. Elle n’est pas très impressionnante niveau charges (enfin bon, ça reste quand même des charges de fous, on s’entend ;-)), et pourtant, elle arrive à creuser son trou parmi tous ces bulldozers.

Et au niveau personnel, vous la connaissez tous: Rachel Vandernoot. C’est mon exemple et mon inspiration à la salle. Ses performances sportives sont à l’image de son sourire, et ça en dit long! On a beaucoup de souvenirs ensemble, que ce soit en compétition, à la salle, ou même en dehors. J’espère que même avec un océan entre nous, on continuera à s’envoyer cette énergie positive !

Pauline_ITD2013RCFB: Enfin, quel est ton palmarès en compétition?
Pauline:
Lowlands Throwdown 2011 (avec 2 mois de crossfit dans les pattes). Eliminée pour le 3e wod, pas trop étonnant, je pouvais à peine soulever 40kg au-dessus de ma tête 😉

  • Brussels Throwdown 2012 : 10e
  • Lowlands Throwdown 2012 : 13e
  • Brussels Throwdown 2013 : 12e si je me souviens bien
  • Lowlands Throwdown 2013 : 13 (j’y ai été abonnée à ce 13 !)
  • Italian Throwdown 2013 : plus aucune idée de mon classement … Dans les 20e je pense
  • Italian Throwdown 2014 par équipe avec : Tanguy, Adri, Brent et Kim : on termine 7e
  • Phare West Contest 2014: 4e
  • Brussels Throwdown 2014 : 18e